Une année dans le Nord Québécois

Fin avril 2018, j’ai pris la direction du nord du Québec, à l’ouest du lac Saint-Jean, pour aller vivre une expérience authentique.

J’ai été bénévole chez un organisme d’expédition de chien de traîneau durant une année entière. Au milieu de la nature sauvage québécoise avec 100 chiens, 1 chat et toute la faune des environs, ours, loups, orignals, Lynx.. Un an au milieu de la fôret, dans mon petit chalet en bois rond entouré d’une meute de Malamute d’Alaska.

Un Nouveau Quotidien

 

Mon premier été sur les terres québécoises consistait à apprendre la vie dans le bois, avec les chiens.

  •  Le comportement à avoir avec des chiens nordiques, l’attitude, comment séparer une bagarre de chiens de 40kg et plus qui sont capables de s’entretuer, la domination au sein de la meute…
  • Les différents outils indispensables tels que la chainsaw (tronçonneuse) pour abattre des arbres secs et faire une grande quantité de bois pour l’hiver, le 4 roues ( quad ) pour se déplacer facilement partout en forêt.
  • Être autonome et bricoleur : en cas de problème de pompe à eau, n’étant ni relié au réseau d’eau et au réseau électrique, la débrouillardise était obligatoire.
  • Confectionner et réparer des traîneaux traditionnels en frêne, etc..

Le monde du chien de traîneau m’a rapidement plu, autant pour le travail avec les chiens, que pour la diversité des journées. J’ai rapidement perdu le sens du temps, mon premier été est passé très rapidement.

Les expéditions de canoës

 

J’ai également eu la chance de guider plusieurs expéditions d’une semaine en canöe-camping sauvage sur la rivière Mistassini. Une semaine de descente de rivière sauvage en compagnie des ours et des castors.

Une glacière, cannes à pêche, hache, scie, tente, gps et trousse de premier secours, le matériel essentiel pour une semaine de canoë

Nourrir trois meutes

 

L’étape la plus difficile de mon immersion dans ce mode de vie fut la préparation du repas des chiens. Nous récupérions très souvent des cochons morts à une porcherie ( non sélectionné pour la consommation humaine ) pour les vider, et les découper entièrement en morceau de la tête aux pattes à la hache et au couteau pour nourrir les chiens. Puis quand le temps de la chasse à l’ours est arrivé, nous récupérions les ours chez le tanneur pour les préparer, pareil pour l’orignal & le castor.

IMG 0363 e1576429240152
IMG 0170 e1574297820924 768x1024 1

L’hiver arrive

 

Puis quand l’hiver est arrivé très rapidement, les premiers -15°C et -20°C furent rudes, travailler sans gant pour manipuler certains outils dès les premières températures négatives fut assez difficile, mais nécessaire pour être capable de résister un peu plus durant les températures extrêmes. Le fait de travailler et de passer sa journée dehors permet une adaptation assez rapide aux conditions.

L’arrivée de l’hiver signifie aussi un changement de quotidien. Fin décembre, les journées sont courtes, la nuit tombe à 3H30 PM, je finissais mes journées à la lampe frontale. On remplace le quad par la motoneige, le couteau et la hache par la tronçonneuse pour découper les cochons et la viande gelée. Les nuits étant plus longues, j’avais plus de temps pour relaxer, et apprécier la chaleur du poêle à bois, sous le bruit des tempêtes de neige et du frottement de la cime des sapins, accompagné par le hurlement des Malamutes.

Les premières expéditions

 

L’hiver est arrivé, les premiers -30°C avec. Avec un cumulé de quatre mètres de neige, des températures jusqu’à -47°C, mon premier hiver fut mémorable. Nous étions toutes les semaines en expédition de traîneaux, dans le Nord québécois, à faire vivre cette belle expérience à des clients francophone. Les raids d’une semaine consistaient à avancer, quelle que soit la météo et température, d’un point à un autre, d’une cabane de trappeur à une autre, en étant jusqu’à 7 heures sur les traîneaux par jours. Le silence et le froid glacial de la forêt boréale étaient bercés par le bruit des pas des chiens dans la neige. En cas d’imprévu, nous étions totalement autonomes en nourriture, tente arctique et poêle à bois dans les traîneaux, hache, scie, vrille pour percer la glace et récupérer de l’eau, sac de couchage, et viande pour les chiens.

Chaque soir, après une journée à dépenser de l’énergie pour se réchauffer, nous devions installer des câbles de nuit pour les chiens, les nourrir, les soigner, faire une soupe pour les hydrater, puis découper du bois pour la nuit, aller chercher de l’eau en perçant plus de 90 cm de glace. Parfois monter la tente arctique quand nous n’avions aucun campement sous la main. Une fois toutes les tâches effectuées avec la participation des clients, tout le monde se regroupe sous la tente, ou dans la petite cabane de trappeur, autour du poêle à bois et de la marmite en attendant avec impatience que le repas conçu préalablement au village soit décongelé. Puis, sous le chant des chiens entouré d’étoiles, habitué ou non, chacun d’entre nous s’endormait très rapidement.

Notre rôle de guide consistait également à se réveiller plusieurs fois dans la nuit pour recharger le poêle à bois si les températures étaient vraiment basses (en dessous de -30°C).

Le rythme hivernal était très intense, mais la beauté des paysages sublimée par un silence apaisant procure le sourire dès le réveil. L’émerveillement que dégageait les clients à chaque fin d’expédition était également une source de motivation très puissante pour repartir un ou deux jours après pour une nouvelle expédition. Chaque expédition était différente : la météo, la quantité de neige, le rythme des chiens, les clients, les galères.

 

 

Un imprévu

 

 

Après une dizaine d’expédition de traîneaux, vers la fin de l’hiver, après une grosse journée au camp, à couper de bois dans la neige. Je suis retourné dans mon chalet. Endormie très tôt après le repas, quelques heures plus tard, l’odeur de fumée m’a réveillé en sursaut, mon chalet avait pris feu. 

La montée d’adrénaline en voyant les flammes devant mon lit ma donnée un coup de fouet très puissant, j’ai réussi à sauver des flammes quelques affaires, ordinateur, appareil photo et quelques vêtements. Tout le reste de mes biens matériels est parti en l’espace de 5min dans un brasier géant.

Contact form

This site is protected by reCAPTCHA and Google privacy policy and Terms of use.

Mentions Légales

 

Article 1 – Identification

 

L’entreprise Hugo Villegas son siège social est au 8 rue du repos Bettancourt-la-ferrée, 52100. Numéro de SIRET 82207318500016

Directeur de la publication : Hugo VILLEGAS

 

Article 2 – Hébergeur et webmaster

 

Le site « hugovillegas.fr » est hébergé par la société o2switch, adresse : 222-224 Boulevard Gustave Flaubert , 63000 CLERMONT-FERRAND, Téléphone : 04 44 44 60 40. Le présent site est par conséquent soumis au droit français.

Le webmaster est Hugo VILLEGAS – contact @ hugovillegas.fr

 

Article 3 – Propriété intellectuelle

 

Tous les composants visuels ou sonores (texte, musique, image, illustration, photographie, animations…) du site « hugovillegas.fr » sont protégés par des droits de propriété intellectuelle réservés pour le monde entier.

Toute reproduction totale ou partielle du site «  hugovillegas.fr » sur quelque support que ce soit est interdite et toute contrefaçon est sanctionnée par le Code de la Propriété Intellectuelle. Par conséquent, l’utilisateur qui se connecte au site s’interdit de copier ou télécharger tout ou partie de ses composants, y compris ses composants incidents.

Tout lien hypertexte renvoyant vers le site « centre-renovation.fr » est formellement interdit, sauf autorisation expresse.

 

Article 4 – Marques

 

Les marques et logos reproduits sur le site «  hugovillegas.fr  » sont protégés par leur titulaire à titre de marques.

Toute reproduction, utilisation des marques ou logos, par quelque moyen que ce soit, sans autorisation préalable et écrite de leur titulaire concerné est interdite par la loi.

 

Article 5 – Limites de responsabilité

 

hugovillegas.fr met tout en œuvre pour offrir aux internautes des outils disponibles 24h/24. Toutefois, Hugo VILLEGAS ne saurait garantir aux internautes la disponibilité ininterrompue de ces outils.

En tant qu’utilisateur du site, il vous appartient de prendre toutes les mesures appropriées de façon à protéger vos propres données et/ou logiciels de la contamination par des éventuels virus circulant sur le réseau Internet.

En conséquence, la responsabilité de Hugo VILLEGAS ne pourra pas être engagée du fait de l’utilisation des informations fournies et/ou des outils mis à disposition sur le site «  hugovillegas.fr  ».

La responsabilité de Hugo VILLEGAS ne saurait être engagée pour tous inconvénients ou dommages inhérents à l’utilisation du réseau Internet, notamment une rupture de service, une intrusion extérieure ou la présence de virus informatiques.

 

Article 6 – Informations à caractère personnel

 

Les données personnelles collectées auprès des utilisateurs ont pour objectif la mise à disposition des services du site web, leur amélioration et le maintien d’un environnement sécurisé. Plus précisément, les utilisations sont les suivantes :

–  accès et utilisation du site web par l’utilisateur ;
–  gestion du fonctionnement et optimisation du site web ;
–  vérification, identification et authentification des données transmises par l’utilisateur ;
–  proposition à l’utilisateur de la possibilité de communiquer avec d’autres utilisateurs du site web ;
–  mise en oeuvre d’une assistance utilisateurs ;
–  personnalisation des services en affichant des publicités en fonction de l’historique de navigation de l’utilisateur, selon ses préférences ;
–  prévention et détection des fraudes, malwares (malicious softwares ou logiciels malveillants) et gestion des incidents de sécurité ;
–  gestion des éventuels litiges avec les utilisateurs ;
–  envoi d’informations commerciales et publicitaires, en fonction des préférences de l’utilisateur.

Sécurité et confidentialité

Le site web met en oeuvre des mesures organisationnelles, techniques, logicielles et physiques en matière de sécurité du numérique pour protéger les données personnelles contre les altérations, destructions et accès non autorisés. Toutefois, il est à signaler qu’internet n’est pas un environnement complètement sécurisé et le site web ne peut pas garantir la sécurité de la transmission ou du stockage des informations sur internet.

Mise en oeuvre des droits des utilisateurs

En application de la réglementation applicable aux données à caractère personnel, les utilisateurs disposent des droits suivants, qu’ils peuvent exercer en faisant leur demande à l’adresse suivante : contact @ hugovillegas.fr.

·    le droit d’accès : ils peuvent exercer leur droit d’accès, pour connaître les données personnelles les concernant. Dans ce cas, avant la mise en œuvre de ce droit, le site web peut demander une preuve de l’identité de l’utilisateur afin d’en vérifier l’exactitude.
·    le droit de rectification : si les données à caractère personnel détenues par le site web sont inexactes, ils peuvent demander la mise à jour des informations.
·    le droit de suppression des données : les utilisateurs peuvent demander la suppression de leurs données à caractère personnel, conformément aux lois applicables en matière de protection des données.
·    le droit à la limitation du traitement : les utilisateurs peuvent de demander au site web de limiter le traitement des données personnelles conformément aux hypothèses prévues par le RGPD.
·    le droit de s’opposer au traitement des données : les utilisateurs peuvent s’opposer à ce que ses données soient traitées conformément aux hypothèses prévues par le RGPD.
·    le droit à la portabilité : ils peuvent réclamer que le site web leur remette les données personnelles qui lui sont fournies pour les transmettre à un nouveau site web